Sommaire Autres fiches

La harpe

 

La harpe dans l'antiquité


Joueur de harpe
IIe millénaire avant JC


Harpe Egyptienne
18e dynastie - British Museum de Londres


Harpiste aveugle
Saqqarah fin de la 18e dynastie

La harpe dans la Grèce antique


Femme jouant
de la harpe trigone.
100-50 avant J.C.

La HARPE  est un instrument très ancien hérité des égyptiens.  Les Grecs en ont pratiqué plusieurs variétés, qu’ils désignaient souvent de façon générique par le mot psalterion.


Samvike


Trigonon

 

Le SAMVIKE, est une sorte de harpe antique de forme triangulaire, avec 4 cordes inégales.

Le TRIGONON, qui signifie triangle, est une harpe très ancienne que l’on trouvait en 2800 avant J.-C.
(Ici, Terpsichore, muse de la danse, jouant du trigonon).

La harpe au Moyen-âge


Deux harpes
Cantigas de Santa Maria
cantique 380.

 

Importée des pays d’orient au tout début du moyen-âge, elle culmine aux 14-15ème siècles.

Selon Guillaume de Machaut , elle possédait 25 cordes

 


Rote

 

La rote est une sorte de harpe-psaltérion,  qui a précédé la harpe et apparaît dans l’iconographie au 12ème siècle. Elle possédait 21 à 28 cordes généralement en boyau.

La harpe chromatique

Jusqu’au 17e siècle, la harpe est un instrument diatonique. Son évolution en un instrument chromatique se fait en 2 temps :


Mécanisme à crochets

1) 18e siècle : Système à simple mouvement.
En 1720,  J.Hochbrucker met au point un système de crochets actionnés mécaniquement par de pédales, permettant  de raccourcir les cordes pour obtenir le demi-ton supérieur.
Vers 1780 : G.Cousineau remplace les crochets par des béquilles remplissant le même rôle en pinçant la corde sans décaler les cordes du plan principal. (ce qui était le cas avec les crochets), mais les béquilles cassent facilement les boyaux, et en 1799, il remplace les béquilles par des chevilles tournantes.

2) 19e siècle : Système à double mouvement.
En 1794, Sébastien Erard met au point une mécanique fondée sur des fourchettes puis en 1811, il met au point le double mouvement, qui permet à chaque corde de subir deux altérations, et donc de jouer trois hauteurs : bémol si la pédale est relâchée, bécarre si elle est bloquée sur le cran du milieu, et dièse si elle est enfoncée.

Mécanisme à fourchettes à double mouvement

harpe-mécanisme

harpe-fourchettes-2.jpg
Détail des fourchettes

Lorsqu’on enfonce la pédale à mi-course,, tous les disques supérieurs associés à cette pédale tournent et raccourcissent la partie vibrante, augmentant la note d’un demi-ton (bémol à bécarre). Lorsque la pédale est enfoncée à fond, les disques inférieurs viennent raccourcir encore la corde, augmentant la note d’un demi-ton supplémentaire (bécarre à dièse).

harpe.JPG
Harpe de Sébastien Erard, vers 1815-1826
(Musée tchèque de la musique-Prague)

 

A la fin du 19e siècle, la société Pleyel créa une harpe chromatique sans pédale comportant 78 cordes en deux plans croisés : un plan de cordes pour les bécarres, un plan pour les bémols et dièses. Mais elle n’arriva pas à s’imposer et c’est la harpe à pédales basée sur le système Erard  qui est utilisée aujourd’hui.

Celle-ci comporte 47 cordes accordées sur l’échelle de do bémol majeur (soit un ambitus de plus de 6 octaves) et 7 pédales correspondant aux 7 degrés altérables de la gamme.

Ces perfectionnements ont permis à la harpe de s’intégrer plus facilement à l’orchestre symphonique, en particulier avec Berlioz, puis Wagner, Tchaïkovski et Mahler, ainsi que dans l’opéra romantique.

Elle aura beaucoup de succès au 20e siècle avec Debussy, Ravel et Roussel.

 

 

Extraits du répertoire


F.A. Boieldieu
Concerto pour harpe


Claude Debussy
Sonate pour flute alto et harpe


Maurice Ravel
Introduction et allegro pour harpe, flûte, clarinette et quatuor à cordes


Albert Roussel
Impromptu

Pour en savoir plus : La harpe sur Wikipedia

 



© 2019 JP Chorier : Introduction à la musique classique