Image Caption 18
La messe, genre musical

 

La messe fut d’abord chantée en plain-chant, ou chant grégorien (encore pratiqué de nos jours), avant de devenir polyphonique.

La plus ancienne messe polyphonique complète qui nous soit parvenue est extraite d'un recueil anonyme, connu sous le nom de Messe de Tournai. C’est une œuvre hétérogène, , qui rassemble des pièces, probablement de plusieurs compositeurs, datant de 1330 à 1340 environ.

C’est Guillaume de Machaut qui compose la première messe à plusieurs voix, comprenant  les chants de l’ordinaire que l’on retrouvera dans toutes les messes des compositeurs des siècles suivants, à savoir :

 

-        Le Kyrie

-        Le Gloria

-        Le Credo

-        Le Sanctus

-        L’Agnus Dei

 

 

Sommaire

 

La messe grégorienne

Traduction des chants de l’ordinaire

La messe de Notre Dame, de Guillaume de Machaut

L’évolution de la messe

La messe de requiem


 

 

 

La messe grégorienne

 

 

Composition de la messe grégorienne 


La messe grégorienne comprend  deux types de séquences :

1)  Les séquences dont le texte dépend des circonstances, appelées le propre.

2)  Les séquences dont le texte est indépendant du jour ou de la fête, appelées l’ordinaire.

 

Les principales pièces du Propre sont :

 

l'introït

accompagne l’entrée du célébrant

le graduel

est chanté entre les lectures

l'alléluia

réservé à l’origine au jour de Pâques, puis étendu aux autres messes.

Le chant d’offertoire

accompagne l’offertoire

Le chant de communion

accompagne la procession des communiants.

 

 

Les principales pièces de l’ordinaire sont :

 

Le Kyrie

Kyrie eleison (Seigneur, aie pitié)  d’origine grecque : il est situé au début de la messe

Le Gloria

D'origine orientale, d'abord réservé à la nuit de Noël, il a été  étendu aux grandes fêtes de l'année et aux dimanches.

Le Credo

 

 

Le Sanctus

Au début de la prière eucharistique, c'est l'hymne des Séraphins, entendu dans le temple de Jérusalem, par le prophète Isaïe.

L’Agnus Dei

C'est le chant qui suit la consécration du pain, avant  la distribution de la communion aux fidèles

 

 

Ordre des parties chantées de la messe 

 

Propre

Ordinaire

Avant-messe ou messe des cathéchumènes

Cérémonies introductives

Introit

 

 

Kyrie
Gloria

Service des lectures

Graduel

 

Alleluia   ou Trait

 

 

Credo

Eucharistie ou messe des fidèles

Offrandes

Offertoire

 

Prières eucharistiques

 

Sanctus

Cycle de communion

 

Pater Noster
Agnus Dei

Communion

 

Envoi

 

Ite missa est


 

 

Traduction des chants de l’ordinaire

 

 

KYRIE

Kyrie eleyson
Christe eleyson
Kyrie eleyson

Seigneur, prends pitié
Christ, prends pitié
Seigneur, prends pitié.

 

 

GLORIA

Gloria in excelsis deo

Et in terra pax
hominibus bone voluntatis
laudamus te
benedicimus te
adoramus te
glorificamus te
gratias agimus tibi
propter magnam gloriam tuam

domine deus rex celestis
deus pater omnipotens
domine fili unigenite
ihesu christe
domine deus agnus dei
filius patris

qui tollis peccata mundi
miserere nobis
qui tollis peccata mundi
suscipe deprecationem nostram
qui sedes ad dexteram patris
miserere nobis

quoniam tu solus sanctus
tu solus dominus
tu solus altissimus
ihesu christe
cum sancto spiritu
in gloria dei patris

Amen

Gloire soit rendue à dieu dans les hauteurs

Et sur terre paix soit donnée
aux hommes de bonne volonté
nous te louons
par des paroles de bien
nous t'adorons
et te rendrons les honneurs
ns sommes pleins de reconnaissance envers toi
pour ta grande gloire

seigneur dieu roi du ciel
dieu père tout-puissant
seigneur fils unique
Jésus-Christ
seigneur dieu agneau de dieu
fils du père

toi qui enlèves les péchés du monde
prends-nous en pitié
toi qui enlèves les péchés du monde
reçois notre supplication
toi qui sièges à la droite du père
prends-nous en pitié

car toi seul est saint
toi seul souverain
toi seul très-haut
Jésus-Christ
uni avec l'esprit saint
dans la gloire de dieu le père

Amen

 

 

CREDO

Credo in unum deum

Patrem
omnipotentem
factorem
celi et terre
visibilium omnium
et invisibilium

et in unum
dominum ihesum christum
filium dei unigenitum
et ex patre natum
ante omnia
secula

deum de deo lumen de lumine
deum verum de deo vero
genitum non factum
consubstantialem patri
per quem omnia facta sunt

Qui propter nos homines
et propter nostram salutem
descendit de celis
et incarnatus est de spiritu sancto
ex maria virgine
et homo factus est

crucifixus etiam pro nobis
sub pontio pylato
passus et sepultus est
et resurrexit
tertia die
secundum scripturas
et ascendit in celum
sedet ad dexteram patris

et iterum venturus est cum gloria
iudicare vivos et mortuos
cuius regni non erit finis

Et in spiritum sanctum dominum
et vivificantem
qui ex patre filioque procedit
qui cum patre et filio
simul adoratur et conglorificatur
qui locutus est per prophetas

et unam sanctam catholicam
et apostolicam ecclesiam
confiteor
unum baptisma
in remissionem peccatorum

et expecto ressurrectionem
mortuorum
et vitam venturi
seculi

Amen

Je crois en un seul dieu

Père
tout-puissant
qui a fait
le ciel et la terre
le monde visible
et l'invisible

et en un seul
seigneur Jésus-Christ
fils unique de dieu
né du père
avant le commencement
des siècles

dieu issu de dieu lumière issue de la lumière
vrai dieu issu du vrai dieu
engendré et non créé
de même nature que le père
par qui tout a été fait

Pour nous les hommes
et pour notre salut
il est descendu des cieux
et par l'esprit saint il s'incarna
en la vierge Marie
et il s'est fait homme

c'est aussi pour nous qu'il fut crucifié
sous Ponce Pilate
souffrit et fut enseveli
et ressuscita
au troisième jour
selon les écritures
et il monta au ciel
il siège à la droite du père

il doit revenir glorieusement
pour juger les vivants et les morts
et son règne n'aura pas de fin

Je crois en l'esprit saint seigneur
il donne la vie
il vient du père et du fils
et avec le père et le fils
il est adoré et glorifié
il a parlé par les prophètes

je crois en une église une sainte catholique
et apostolique
je reconnais
un seul baptême
pour le pardon des péchés

j'attends la résurrection
des morts
et la vie du monde
à venir

Amen

 

 

 

SANCTUS

Sanctus, sanctus, sanctus, domine deus sabaoth


Pleni sunt celi et terra gloria tua
Osanna in excelsis
Benedictus qui venit in nomine domini
Osanna in excelsis

Saint, saint, saint est le seigneur, dieu des puissances célestes
Les cieux et la terre sont pleins de ta gloire
Hosanna au plus haut des cieux
Béni soit celui qui vient au nom du seigneur
Hosanna au plus haut des cieux.

 

AGNUS DEI

Agnus dei qui tollis peccata mundi
miserere nobis
Agnus dei qui tollis peccata mundi
miserere nobis

Agneau de dieu qui enlèves les péchés du monde
prends pitié de nous
Agneau de dieu qui enlèves les péchés du monde
prends pitié de nous

 

ITE MISSA EST

Ite, missa est
-Deo gratias

Allez, c'est l'envoi!
-Rendons grâces à dieu!

 


 

 

La messe de Notre Dame

De Guillaume de Machaut

 

 

machaut.jpg

La messe de Notre Dame a été écrite en 1364, semble-t-il à l’occasion du sacre de Charles V.

 

C’est  la première réalisation connue de l'ordinaire de la messe par un même compositeur.

Elle comporte  6  parties polyphoniques à 4 voix:

 

-        Le Kyrie

-        Le Gloria

-        Le Credo

-        Le Sanctus

-        L’Agnus Dei

-        Ite missa est

 

qui sont les chants de l’ordinaire.

 

D’autres séquences chantées dans le style grégorien complètent la messe.

 

La messe de Notre Dame utilise toutes les techniques que Guillaume de Machaut a développées par ailleurs dans ses travaux profanes. Dans l'esprit médiéval, sa forme s’attache plus au symbolisme qu’au texte de la messe. Par exemple, le credo (qui expose la nature trinitaire  de Dieu) est musicalement divisé en trois parties, chacune d’elle également divisée en trois sous-parties.

 

Les mouvements les plus courts (Kyrie, Sanctus, Agnus Dei et Ite Missa est) utilisent les principes du motet isorythmique. Les deux parties inférieures (tenor et contretenor) ont chacune leur propre modèle rythmique qui est répété dans une section donnée. Les deux parties supérieures (triplum et motettus) exécutent des lignes mélodiques indépendantes,  caractérisées par l’utilisation de hoquets,  interruptions par des silences dans les différentes voix, qui donnent à la mélodie un  aspect heurté

 

Les mouvements plus longs (Gloria et credo) n’emploient pas l'isorythmie mais utilisent une déclamation simultanée du texte dans toutes les voix.

Messe de Notre-Dame
par l’ensemble Gilles Binchois

 

 

 

 

Evolution de la messe

 

 

La messe à la Renaissance

 

Dans la suite de Guillaume de Machaut avec sa messe de Notre Dame, considérée comme la première messe polyphonique unitaire, les compositeurs de l’école franco-flamande développent ce nouveau genre musical,  dans lequel sont mises en musique les cinq parties de l’ordinaire de la messe : kyrie, gloria, credo, sanctus et agnus Dei.

 

On appelle messes  unitaires les messes qui  réunissent cinq ou six pièces de l'ordinaire  dans un même manuscrit.

Ces  messes  sont dites cycliques lorsque leurs différentes sections s’appuient sur un même cantus firmus  chanté par le ténor et qui lui donne son nom, par exemple : messe « Rex seculorum » de J. Dunstable, ou messe « Ave Regina Coelorum » de G. Dufay.

Le terme de cantus firmus (« chant ferme ») désigne la mélodie qui sert de base à la polyphonie.

 

Guillaume Dufay (1400-1474)

 

Guillaume Dufay va  affirmer cette tendance, tout particulièrement dans sa messe « de l’homme armé ».

 

Messe de l’homme armé :

Le cantus firmus de cette messe est fondé sur la mélodie profane d’une chanson très populaire au XVe siècle, dont le texte est le suivant :

 

L'homme armé doit-on douter
On a fait partout crier
Que chacun se viegne armé
D'un haubregon de fer.

    La mélodie de "L'homme armé" .

 

On peut en traduire le texte de cette façon : "Craignez l'homme armé. On a fait dire à chacun de revêtir un haubergeon de fer", ce qui est semble-t-il un appel à s’armer contre l’ennemi qui approche.

Cette mélodie a été utilisée par de nombreux compositeurs de messes dites  « de l’homme armé »  jusqu’au 17ème siècle,  tels que Guillaume Dufay, Jean Ockeghem, Josquin des prés, Jacob Obrecht ,  Palestrina, ainsi que Antoine Busnois (v.1430-1492), Pierre de La Rue (1450, 1518), Cristobal de Morales (1500,1553), Giacomo Carissimi (1605,1674)

 

D’autres variantes de messes apparaissent à cette époque :

-        La messe «parodie » utilise le cantus firmus et d‘autres éléments mélodiques et contrapuntiques de compositions déjà existantes.

-        La messe « paraphrase » voit le cantus firmus défiler librement dans toutes les voix. (au lieu de se limiter au ténor).

 

 

Palestrina

 

Au XVIème siècle, la messe polyphonique a cappella atteignit la perfection avec Palestrina.

Le pape Marcel, qui ne régna  que 21 jours, eut néanmoins le temps de réformer la musique d’église en recommandant aux compositeurs d’éviter l’utilisation de chansons profanes et les ornementations exagérées.

C’est ainsi qu’après avoir subi l’influence des maîtres franco-flamands, Palestrina les dépassa dans un style plus clair et plus ordonné, en supprimant le cantus firmus et en mettant en pratique les directives du pape, en particulier dans la messe dite « du pape Marcel »


La messe du pape Marcel
par le choeur Pro Cantione Antiqua dirigé par Bruno Turner

00:01 - Kyrie
04:02 - Gloria
09:39 - Credo
18:33 - Sanctus
24:56 - Agnus Dei

 

 

 

La messe à l’époque baroque

J.S. Bach (1685-1750)

 

A l’époque baroque, la messe voit l’introduction d’airs, de duos et de récitatifs dans les chœurs. Le chef d’œuvre de ce genre est représenté par la messe en si mineur de J.S. Bach.

 

 

La messe à l’époque classique

 

La période classique voit se développer les aspects symphonique et choral, en particulier avec Haydn, suivi par Mozart, Beethoven et Cherubini.

 

Les plus belles messes de cette période sont :

-        De Mozart : La messe du couronnement K317 et le requiem

-        De Beethoven, la Missa Solemnis op123

-        De Cherubini, la 2ème messe solennelle en ré mineur.

 

Mozart : Messe du couronnement
Beethoven : Missa Solemnis opus 123

 

 

 

La messe à l’époque romantique

 

Les compositeurs romantiques ont également composé des messes dont les plus célèbres sont

  - De Schubert : La Messe n° 5 en la bémol majeur, "Solennelle" D.678, la Messe n° 6 en mi bémol, D.950 (1828) et la Messe n° 7 en fa majeur, "Deutsche Messe" D872

  - De Liszt, la Messe du couronnement composée pour François-Joseph Ier et son épouse

  - De Gounod, la Messe de sainte Cécile

  - De Rossini, la petite messe solennelle.

 

Charles Gounod
Messe solennelle de Sainte Cécile : Kyrie
Rossini
Petite Messe Solennelle

 

 

 

 

La messe de Requiem

 

Le requiem, ou messe des défunts, se distingue de la messe par l’absence du Gloria et du Credo, et la présence d’une séquence appelée  « Dies Irae », longue séquence du XIIIème siècle attribuée à Thomas de Celano.

En voici le thème musical, qui a été repris par de nombreux compositeurs dans des œuvres aussi bien profanes que religieuses (La symphonie fantastique de Berlioz, danse macabre de Liszt, danse macabre de Saint-Saëns, prélude de Rachmaninov …)

 

dies_irae.GIF

Et le texte littéral :

 

Texte en latin

Traduction

Dies iræ, dies illa,

Solvet sæclum in favílla,

Teste David cum Sibýlla !

Quantus tremor est futúrus,

quando judex est ventúrus,

cuncta stricte discussúrus !

Tuba mirum spargens sonum

per sepúlcra regiónum,

coget omnes ante thronum.

Mors stupébit et Natúra,

cum resúrget creatúra,

judicánti responsúra.

Liber scriptus proferétur,

in quo totum continétur,

unde Mundus judicétur.

Judex ergo cum sedébit,

quidquid latet apparébit,

nil inúltum remanébit.

Quid sum miser tunc dictúrus ?

Quem patrónum rogatúrus,

cum vix justus sit secúrus ?

Rex treméndæ majestátis,

qui salvándos salvas gratis,

salva me, fons pietátis.

Recordáre, Jesu pie,

quod sum causa tuæ viæ ;

ne me perdas illa die.

Quærens me, sedísti lassus,

redemísti crucem passus,

tantus labor non sit cassus.

Juste Judex ultiónis,

donum fac remissiónis

ante diem ratiónis.

Ingemísco, tamquam reus,

culpa rubet vultus meus,

supplicánti parce Deus.

Qui Maríam absolvísti,

et latrónem exaudísti,

mihi quoque spem dedísti.

Preces meæ non sunt dignæ,

sed tu bonus fac benígne,

ne perénni cremer igne.

Inter oves locum præsta,

et ab hædis me sequéstra,

státuens in parte dextra.

Confutátis maledíctis,

flammis ácribus addíctis,

voca me cum benedíctis.

Oro supplex et acclínis,

cor contrítum quasi cinis,

gere curam mei finis.

Lacrimósa dies illa,

qua resúrget ex favílla

judicándus homo reus.

Huic ergo parce, Deus.

Pie Jesu Dómine,

dona eis réquiem. Amen.

Jour de colère, que ce jour là

Où le monde sera réduit en cendres,

Selon les oracles de David et de la Sibylle.

Quelle terreur nous saisira,

lorsque la créature ressuscitera

(pour être) examinée rigoureusement

L’étrange son de la trompette,

se répandant sur les tombeaux,

nous jettera au pied du trône.

La Mort, surprise, et la Nature,

verront se lever tous les hommes,

pour comparaître face au Juge.

Le livre alors sera produit,

où tous nos actes seront inscrits ;

tout d’après lui sera jugé.

Lorsque le Juge siégera,

tous les secrets apparaîtront,

et rien ne restera impuni.

Dans ma détresse, que pourrais-je alors dire ?

Quel protecteur vais-je implorer ?

alors que le juste est à peine en sûreté…

Ô Roi d’une majesté redoutable,

toi qui sauves les élus par grâce,

sauve-moi, source d’amour.

Rappelle-toi, Jésus très bon,

que c’est pour moi que tu es venu,

ne me perds pas en ce jour-là.

À me chercher tu as peiné,

Par ta Passion tu m’as sauvé,

qu’un tel labeur ne soit pas vain !

Tu serais juste en condamnant,

mais accorde-moi ton pardon

avant que j’aie à rendre compte.

Vois, je gémis comme un coupable

et le péché rougit mon front ;

mon Dieu, pardonne à qui t’implore.

Tu as absout Marie-Madeleine

et exaucé le larron ;

tu m’as aussi donné espoir.

Mes prières ne sont pas dignes,

mais toi, si bon, fais par pitié,

que j’évite le feu sans fin.

Parmi tes brebis place-moi,

à l’écart des boucs garde-moi,

en me mettant à ta main droite.

Quand les maudits, couverts de honte,

seront voués au feu rongeur,

prends-moi donc avec les bénis.

En m’inclinant je te supplie,

le cœur broyé comme la cendre :

prends soin de mes derniers moments.

Jour de larmes que ce jour là,

où surgira de la poussière

le pécheur, pour être jugé !

Daigne, mon Dieu, lui pardonner.

Bon Jésus, notre Seigneur,

accorde-leur le repos. Amen.

 

 

Les premiers requiem polyphoniques ont été composés au XVIème siècle par Palestrina et Roland de Lassus, mais l’intérêt pour le requiem apparait principalement avec Mozart. C’est alors que la séquence du Dies Irae, qui ne reprend plus le thème médiéval original,  a pris de plus en plus d’importance en raison de son côté dramatique.

Le genre Requiem aura beaucoup de succès pendant tout le 19ème siècle avec les Requiem de Berlioz, Verdi, Brahms (dont le requiem allemand sort de la liturgie catholique, étant basé sur des textes bibliques), Dvorak, Fauré ...

 

Le Dies Irae du requiem de Mozart
par John Eliot Gardiner et the English Baroque Soloists
and the Monteverdi Choir.

Le Dies Irae du requiem de Verdi
par H. von Karajan
et le Berliner Philarmoniker.



Les plus beaux Requiem =>



© 2006-2014 JP Chorier : Introduction à la musique classique