Sommaire Autres fiches

La clarinette

 La clarinette est un instrument à anche simple. Elle a été créée en 1690 à partir du chalumeau  lui-même hérité du moyen-âge.

Elle se caractérise par une perce cylindrique, contrairement au hautbois ou au saxophone qui ont une perce conique.

L’anche simple

Dans cette famille d’instruments,  c’est l’anche qui oscille et fait vibrer la colonne d’air.

Une anche est une petite languette taillée généralement dans le roseau. Elle peut-être  simple ou double.

 L'anche simple est posée sur un bec. Le joueur appuie avec ses lèvres sur l'anche et en soufflant la fait vibrer. On la trouve dans la famille des chalumeaux, plus tard des clarinettes …

../moyenage22_fichiers/image067.jpg

Le chalumeau

Le chalumeau est un bois à anche simple. C’est l’ancêtre de l'actuelle clarinette. Il s'est développé en Europe au cours du 17ème siècle. L'illustration représente un chalumeau soprano. Le terme de chalumeau désigne aujourd'hui le registre grave de la clarinette, et un jeu d'orgue à anche au son doux.

photo de Chalumeau

 

La clarinette à la période classique

D’abord utilisée à l’époque baroque par Vivaldi et Rameau ,  la clarinette s’est surtout développée à partir de la période classique,  en particulier avec l’école de Mannheim qui l’introduit dans l’orchestre. Elle y deviendra un membre à part entière avec Beethoven.

 Mozart contribua à son évolution en finançant son ami Anton Stadler, franc-maçon comme lui et célèbre virtuose, qui développa la clarinette- basset. C’est pour lui que Mozart écrivit le quintette avec clarinette K581 et le trio avec alto et piano K498,  ainsi que le célèbre concerto pour clarinette K622.

Historique :

Clarinette-1.JPG En 1690, J.C. Denner perfectionne le chalumeau en créant un bec muni d’une anche fabriquée séparément et fixée par une ficelle, et en ajoutant 2 clés tout en haut de l’instrument.
Le terme «clarinette» apparait en 1710 avec son fils Jakob qui allongea le tube et modifia les clés, créant ainsi la clarinette baroque à 2 clés, accordée en ré comme la trompette, utilisée entre autres par Haendel et Vivaldi.

Les clarinettes accordées plus bas en sib et en la,  apparaissent plus tard dans l’orchestre de Mannheim.

Plus tard, Stadler a prolongé l’étendue de la clarinette en la vers le grave, créant ainsi la clarinette de basset.

Des clarinettes à 5 clés apparaissent en Angleterre en 1770. 

La très large famille des clarinettes comprend, entre autres :

La clarinette soprano en sib qui joue un ton plus bas que les notes écrites,  ou en la qui joue une tierce mineure plus bas que la note écrite. C’est la plus couramment pratiquée.

Clarinette de 1790.JPG

 

La clarinette de basset  inventée  par Anton Stadler,  est une clarinette en la,  étendue d’une tierce vers les graves.

Cor de basset de 1792.JPG Le cor de basset, qui est bien une clarinette et non un cor, inventé par Anton et Johan Mayrhofer,  accordé en fa, joue une quinte juste,  au-dessous des notes écrites. La note la plus grave est le do2 écrit (soit fa1 réel).

La clarinette alto,  inventée en 1810 par Ivan Müller,  accordée en mib, ressemble au cor de basset, en plus court. La note la plus grave est le mi écrit (soit sol réel).

 

Evolution de la clarinette au 19e siècle

Après la période classique, le nombre de clés évolue jusqu’à 10 clés avec les concertos de Weber, et 17 clés et 4 anneaux avec le Quintette de Brahms, intégrant le «système Böhm» développé pour la flûte en 1832 et 1847.

En 1810, Heinrich Bärmann (1784-1847) proposa de retourner le bec, positionnant ainsi l'anche sur la lèvre inférieure du musicien, afin d’adoucir et de mieux maîtriser la sonorité.

En 1812, Iwan Müller ajouta treize clés supplémentaires permettant d’obtenir la gamme chromatique complète.

Entre 1839 et 1843, la clarinette fut perfectionnée par le facteur d'instruments Auguste Buffet et le clarinettiste Hyacinthe Klosé qui appliquèrent le système Boehm, précédemment mis au point  pour la  flûte (Voir cet instrument), et qui est aujourd’hui le plus utilisé.

Il existe néanmoins 2 autres systèmes qui sont le système Oehler, utilisé en Allemagne et en Autriche, et le système Albert utilisé en Europe centrale et en Turquie.

 

Le système Boehm

Ce système a d’abord été développé pour la flûte puis adapté à la clarinette, le hautbois et le saxophone.

Il  repose sur les principes suivants :

-        La position des trous correspondant à chaque note est déterminée de manière optimale, sans tenir compte de la position des doigts. Elle  est mesurée par rapport à la longueur totale du tube qui donne la note fondamentale.

-        Un système complexe de clés à correspondances (une clé pouvant en actionner plusieurs) permet de boucher tous les trous avec simplement 9 doigts.

Avec ce nouveau système :
-        La  production des sons aigus est plus facile
-         La sonorité est meilleure et plus homogène
-         La justesse est nettement supérieure
-         Les doigtés dits fourchus sont supprimés.

Une clarinette utilisant le système Boehm, dispose d’un grand nombre d’éléments mobiles comprenant touches, paliers, axes, vis et ressorts, participant  à la manipulation de 17 tampons obturant autant d'orifices inaccessibles avec les doigts.

Etapes de fabrication d’une clarinette

Les photos suivantes ont été prises au musée des instruments à vent de la Couture-Boussay :

Etapes corps.jpg

 

 

Machine-2.JPG

Machine pour le perçage des corps à partir d’un gabarit

 

boehm-1.jpg

 

Fabrication des clefs.jpg

boehm-2a.JPG

Paliers équipés de ressorts

 

La clarinette moderne

Clarinette moderne.JPG

 

La famille des clarinettes

famille-2.JPG

1 : Clarinette sopranino en lab aigü.

2 : Clarinette sopranino en mib aigü.

3 : Clarinette soprano en ut.

4 : Clarinette soprano en sib.

5 : Clarinette soprano en la.

6 : Clarinette alto en mib.

7 : Cor de basset (aussi appelé

    clarinette alto en fa)

8 : Clarinette basse.

9 : Clarinette contrebasse.

 

Pour tout savoir sur la fabrication des clarinettes :

La musique à travers ses instruments : La clarinette

Extraits du répertoire



Mozart : Concerto pour clarinette K626
par J. Lancelot & Orchestre De Chambre J.F. Paillard
2e mvt: 12'10 - 3e mvt: 19'20


Weber : Concerto pour clarinette n°1
par julien Hervé, Clarinette
 


Brahms : Sonate pour clarinette et piano n°1
par M.Portal et G.Pludermachery
 


C. Debussy : Rhapsodie pour clarinette et piano
par Bruno Robilliard & François Sauzeau
 


Sidney Bechet : Petite Fleur


Benny Goodman : Sing, sing, sing

Pour en savoir plus :
Un article complet sur Wikipedia.



© 2012 JP Chorier : Introduction à la musique classique