Image Caption 17 Image Caption 18 Image Caption 11 Image Caption 12 Image Caption 13 Image Caption 14 Image Caption 15 Image Caption 16 Image Caption 17 Image Caption 18
 
 
Le Moyen-âge (3)
[Origines] [Grèce] [Moyen-âge] [Renaissance] [Baroque] [Classicisme] [Romantisme] [Post-romantisme] [20e_siècle] [A suivre]
 


I   Chant grégorien - Ars Antiqua

II   Ars Nova

III Les instruments du Moyen-Age

 

 

Sommaire de ce chapitre

 

III Les instruments du moyen-âge

-        Introduction

-        Les instruments à cordes

-        Les instruments à vent

-        Les instruments à percussion

 

 

 

 

 

 

Les instruments du Moyen-âge

Introduction

 

Les instruments du moyen-âge, jusqu’au 11ème siècle,  diffèrent peu des instruments de l’antiquité gréco-romaine, puis se développent du 11ème au 15ème siècle.

Ils  nous sont connus essentiellement par l’iconographie et les sculptures des cathédrales.

 

En particulier les Cantigas de Santa Maria, magnifique manuscrit  richement illustré, représente la plus grande source iconographique concernant les instruments du moyen-âge. Ce recueil d’environ 430 chants dédiés à la Vierge Marie a été réalisé sous la direction  du roi Alphonse X  de Castille, qui régna de 1252 à 1284. Tous les 10 chants, une miniature représentant musiciens et instruments, illustre ce recueil.

 

 

Cantigas de Santa Maria :

Début du cantique 330

 

 

 

 

Les instruments à cordes

 

Les principaux instruments à cordes rencontrés au moyen-âge sont :

Les instruments à cordes pincées : la rote, le psaltérion, la harpe, le luth, la mandore ou guiterne

Les instruments à corde frottées (utilisant un archet) : La vièle, le rebec, la gigue, l’organistrum, la chifonie, la vièle à roue

le tympanon est un instrument à cordes frappées.

 

Instruments à cordes pincées

 

La harpe 

 

Deux harpes

Cantigas de Santa Maria :  cantique 380.

Importée des pays d’orient au tout début du moyen-âge, elle culmine aux 14-15ème siècles.

Selon Guillaume de Machaut , elle possédait 25 cordes

 

 

 

 

 

La rote est une sorte de harpe-psaltérion,  qui a précédé la harpe et apparaît dans l’iconographie au 12ème siècle. Elle possédait 21 à 28 cordes généralement en boyau.

 

Le psaltérion

 

 

C’est une sorte de cythare jouée avec un plectre (cordes pincées) , mais qui peut aussi être jouée avec de petits maillets (cordes frappées)

 

Psaltérion
XIVème siècle.

 

Le tympanon

 

 

C’est un instrument que l’on joue posé à plat, où les cordes sont frappées par de petits maillets.

 

Tympanon XVème  siècle

Musée de Cluny-Paris

 

 

Le luth

 

Deux luths Cantigas de Santa Maria :  cantique 30

Le nom de Luth désigne la famille des instruments à cordes pincées ayant une caisse bombée. Le luth ne se répand en occident qu’au 14ème siècle pour devenir un instrument primordial au 15ème siècle.

 

 

 

La mandore, ou vièle guiterne, est un petit luth qui annonce la mandoline

 

 

Deux guiternes

Cantigas de Santa Maria :  cantique 90

 


Instruments à cordes frottées

 

La vièle, la gigue et le rebec sont des instruments à archet

       

La vièle (ou vielle) :

 

Cantigas de Santa Maria : Ménestrel jouant de la vielle

Le nom de vièle désigne la famille d’instruments à manche et cordes frottées par un archet droit ou courbe.

La vièle, comme beaucoup d’instruments, a été introduite d’orient au cours du haut moyen-âge. C’est l’instrument favori pour accompagner le chant, mais il est aussi joué en polyphonie.

 

La vielle a le plus souvent 5 cordes mais on peut trouver des vielles de 2 à 6 cordes. La table est généralement en bois mais on en trouve aussi en peau tendue.

 

 

 La gigue est une vielle en forme de poire connue en France dès le 12ème siècle

 

Gigue ou viele en 8.

 

 Le rebec  a  un corps creusé dans la masse, et comporte 3 ou 4 cordes.  Il évolue parallèlement à la vièle tout au long du moyen-âge.

 

Joueur de rebec

 

 

 

 

La vièle à roue :

 

Dans la vièle à roue, c’est une roue de bois, mue par une manivelle à main, qui frotte les cordes, à la place de l’archet habituel.

 

La première forme de vièle à roue est l’organistrum, qui apparaît au 12ème siècle.

Les deux mains étaient nécessaires pour manipuler le clavier à tirettes, de sorte qu’une deuxième personne était nécessaire pour tourner la roue

 

Organistrum

 

La chifonie est une évolution de l’organistrum dans laquelle les  tirettes sont remplacées par des touches coulissantes, ce qui permet de jouer seul en  manipulant le clavier d’une seule main.

 

Deux chifonies

Cantigas de Santa Maria :  cantique 160

 

 

On reconnaît dans ce dessin de 1340, extrait de la  bible de velislav  , de gauche à droite :

         Une gusle slave, sorte de  cithare à mi-chemin entre la lyre et le psaltérion

         Une cithare

         Une vielle

         Un psaltérion.

 

 

Les instruments à vent

 

On distingue 2 types d’instruments à vent au moyen-âge: les instruments avec anche, et sans anche.

 

Dans les instruments à anche, c’est l’anche, simple ou double, qui oscille et fait vibrer la colonne d’air. On  y trouve les hautbois, cornemuses, chalumeaux et chalémies, cromorne etc…

 

Parmi  les instruments sans anche, on distingue les instruments à bouche, dans lesquels la colonne d’air est mue grâce à une ouverture circulaire ou longitudinale (flûtes, pipeaux …) et les instruments à embouchure dans lesquels ce sont les lèvres de l’exécutant qui jouent le rôle de l’anche vibrante (trompettes …)

 

Instruments à  vent  sans anche

 

Le frestel

 

Frestel

Cathédrale de Chartres

C’est la version médiévale de la flûte de pan.

 

Les pipeaux

 

Le flajol ou flageolet est une petite flûte à bec en os, en roseau ou en bois, pouvant comporter deux  à six trous.

Le double flageol, qui rappelle l’aulos de l’antiquité grecque,  est utilisé jusqu’au 16ème siècle

 

La flûte à trois trous

 

Deux flûtes à 3 trous

Cantigas de Santa Maria :  cantique 370

La flûte à trois trous est généralement réalisée en bois mais peut aussi l’être à partir d’un os creux.

Elle est aussi appelée galoubet en provence et xirula au pays basque.

Ses 3 trous permettent d’en jouer d’une seule main, de sorte qu’elle est souvent associée à un tambourin joué de l’autre main.

 

 

 

La flûte à bec

 

Après avoir utilisé des matériaux naturellement creux tels que os, corne, roseau, c’est sans doute à partir du 14ème siècle que l’on a commencé à réaliser des flûtes en creusant  des pièces de bois cylindriques.

 

 

 

 

 

 

La flûte traversière ou traversaine

 

Bien que représentée ici dans les Cantigas de Santa Maria, la flûte traversière est très peu utilisée avant la renaissance.

 

Les cors et cornets

 

Deux cornets à bouquin

Cantigas de Santa Maria :  cantique 270

Les cors, ou cornes d’appel, sont généralement constitués d’une corne de vache évidée et percée en son extrêmité.

 

L’olifant est un cor taillé dans une défense en ivoire.

 

Le cornet à bouquin (ou flûte en corne)  est un cor dans lequel on a percé plusieurs trous, permettant ainsi de jouer différentes notes.

Les trompettes

 

Les trompettes médiévales sont aussi appelées busine ou buisine. Elles sont réalisées en alliage de cuivre et apparaissent au 13ème siècle.

 

Trompettes

Manuscrit de Clairvaux  - Médiathèque de Troyes

 

 

 

L’Orgue

 

L’orgue, que nous avons vu naître dans la Grèce antique, va évoluer avec la musique tout au long des âges, en intégrant les progrès techniques de chaque époque.

 

L’orgue portatif 

 

L'orgue portatif était limité à un nombre réduit de tuyaux, qui lui permettait d’être assez léger pour être utilisé par une seule personne, le bras gauche soutenant l’instrument et actionnant la réserve d’air tandis que la main droite jouait sur un clavier.

 

Orgue portatif du 14ème siècle

Musee des augustins toulouse

 

L’orgue positif

 

 

L’orgue positif, plus  lourd et plus volumineux que l’orgue portatif apparaît dès le 10ème siècle. Il reste transportable, mais il est posé sur table ou sur pieds pour être joué. Une deuxième personne est requise pour actionner la soufflerie.

 

On le trouvera plus tard associé au grand orgue de tribune qui va se généraliser dans les églises à partir du 15ème siècle.

 

Orgue positif

Cathédrale de Burgos

 

 

Instruments à  vent à anche

 

Dans cette famille d’instruments,  c’est l’anche qui oscille et fait vibrer la colonne d’air.

 

Une anche est une petite languette taillée généralement dans le roseau. Elle peut-être  simple ou double.

L'anche simple est posée sur un bec. Le joueur appuie avec ses lèvres sur l'anche et en soufflant la fait vibrer. On la trouve dans la famille des chalumeaux, plus tard des clarinettes …



 

L'anche double est un morceau de roseau plié en deux que l'instrumentiste pince entre ses lèvres en soufflant. L'air fait vibrer le roseau et l'instrument sonne.

On la trouve dans les cornemuses, cromornes et bombardes.

 

 

 

Le chalumeau

 

Deux launeddas

Cantigas de Santa Maria :  cantique 60

 

Le chalumeau est un instrument à anche simple.

 

Le launedas est un triple chalumeau en roseau.

 

 

La chalémie et la cornemuse

 


Chalémie et cornemuse

 

La chalemie est  la version européenne, au 13ème siècle, des nombreux instruments à anche-double orientaux.  C’est l’ancêtre de la bombarde, souvent  utilisée avec la cornemuse (comme la bombarde en bretagne aujourd’hui)

 

La douçaine est une fine chalémie, au son plus doux.

 

La vesse est l’ancêtre de la cornemuse :Elle tient son nom du fait que l'anche, simple ou double, est contenue dans un sac  en vessie.

 

Le cromorne

 

Le cromorne est un Instrument à anche double.

C’est une variété de hautbois à capsule (c’est à dire que l'anche est encapsulée et n’est  pas en contact direct avec les lèvres). Il est facilement reconnaissable à sa forme courbée. Son nom vient d’ailleurs du vieil allemand  krum = recourbé,  et horn = corne

 

Joueur de cromorne

(V. Carpaccio 1510)

 

 

Les instruments à percussion

 

Les instruments à percussion au moyen-âge sont nombreux et variés.

On y trouve divers types de tambours, tambours de basque (munis de petites cymbales métalliques), crecelles,  cymbales, triangles, cloches et grelots, guimbardes

 

 

Carillon et psaltérion

Cathédrale de Chartres

 

Castagnettes

Cantigas de Santa Maria :  cantique 330

 

 

Carillon

Cantigas de Santa Maria :  cantique 180

Cymbales

Cantigas de Santa Maria :  cantique 190

Cloches

Cantigas de Santa Maria :  cantique 400

 

 

Suite =>

 



© 2006-2014 JP Chorier : Introduction à la musique classique