Image Caption 17 Image Caption 18 Image Caption 11 Image Caption 12 Image Caption 17 Image Caption 18
 
 précédent

La musique baroque (3-1) : en Italie

[Origines] [Grèce] [Moyen-âge] [Renaissance] [Baroque] [Classicisme] [Romantisme] [Post-romantisme] [20e_siècle] [A suivre]
suivant 

La musique baroque en Italie

 

Sommaire de ce chapitre

 

Introduction

Monteverdi

Corelli

Pergolèse

Vivaldi

Albinoni

A. Scarlatti

D. Scarlatti

Autres compositeurs

 

 

 

Introduction

 

C’est en Italie que nait la musique baroque avec la création de l’opéra avec Monteverdi, et le développement de la basse continue.

Le violon trouve ses maîtres avec Corelli et Vivaldi.

D. Scarlatti excelle dans l'art de l'orgue et du clavecin.

 

 

 

Claudio Monteverdi (1567-1643)

 

Monteverdi est né le 15 mai 1567 à Crémone, en Italie.

Il joue du violon et compose dès l'âge de 10 ans.

En 1590, il entre au service de Vincenzo Gonzague, duc de Mantoue.

Il épouse, en 1599, la chanteuse Claudia de Cattaneis qui lui donne trois enfants.

Le 24 février 1607, "Orfeo" est créé au palais ducal de Mantoue. Inspiré des Métamorphoses d’Ovide et des Géorgiques de Virgile, Orfeo est considéré comme le premier chef-d'œuvre universel de l'histoire de l'opéra.

En 1613 il est nommé maître de chapelle à la basilique Saint-Marc de Venise.

Il meurt à Venise le 29 novembre 1643.

 

Pour en savoir plus : Claudio Monteverdi sur musicologie.org

 

Les principales œuvres de Monteverdi

 

Opéra :

Orfeo(1607)

Le retour d'Ulysse dans sa patrie (1640)

Le couronnement de Poppée (1643)

 

Musique sacrée :

Les vêpres de la Vierge (1610)

Selva Morale e Spirituale, pour 1 à 8 voix et instruments (1640)

 

Musique chorale :

Le 8e Livre de madrigaux (Madrigali guerrieri e amorosi) comprenant "Le Combat de Tancrède et de Clorinde". (1638)

 

Quelques extraits :

Orfeo : la  et le

Le retour d’Ulysse dans sa patrie : Le

Les vêpres de la vierge : Deux

 

 

 

Arcangelo Corelli (1653-1713)

 

Arcangelo Corelli est né le 17 février 1653 à Fusignano (près de Ravenne), 5ème enfant d'une famille aisée de propriétaires terriens.

 En 1666, il part à Bologne pour y apprendre le violon auprès de deux célèbres violonistes Leonardo Brugnoli et Giovanni Benvenuti.

 En 1671, il devient violoniste de l'église Saint-Louis-des-Français à Rome, ville où il passa presque tout le reste de sa vie, et où de nombreux musiciens vinrent le rencontrer, tels A. Scarlatti et G.F. Haendel.

 A Rome, il devient musicien de chambre de la reine Christine de Suède en exil, et bénéficie du mécénat des cardinaux Pamphili et Ottoboni.

Corelli eut une très grande influence dans la technique du violon dont il était un virtuose, ainsi que dans les nouvelles formes musicales telles que la sonate et le concerto grosso.

En particulier, J.S. Bach et F. Couperin étaient de fervents admirateurs de Corelli.

Arcangelo Corelli est mort à Rome le 8 janvier 1713.

 

L’œuvre d’Arcangelo Corelli

 

L'œuvre de Corelli est toute réunie dans 6 numéros d'opus contenant chacun 12 œuvres.

Rappelons que la sonate da chiesa ou sonate d'église comporte généralement 4 mouvements et est assez solennelle.

La sonate da camera, ou sonate de chambre, ou encore sonate profane, est composée de plusieurs mouvements de danse.

 

 Opus 1 : 12 sonates da chiesa en trio (Rome, 1681)

 Opus 2 : 12 sonates da camera en trio (Rome, 1685)

Opus 3 : 12 sonates da chiesa en trio (Rome, 1689)

 Opus 4 : 12 sonates da camera en trio (Rome, 1694)

 Opus 5 : 12 sonates pour violon solo et continuoN°1-6 da chiesa et N°7-12 da camera (Rome, 1700). (La douzième sonate exploite le thème de « La Folia »)

Opus 6 : 12 concerti grossi (Amsterdam, 1714).  (L'œuvre la plus connue est le célèbre « Concerto pour la Nuit de Noël », publié à titre posthume).

 Quelques extraits :

de

de

 

 

 

Jean-Baptiste Pergolèse (1710-1736)

 

Jean-Baptiste Pergolèse est né le 4 janvier 1710 à Iesi, dans les Marches, en Italie.

Il souffre de tuberculose dès l'enfance. Mort très jeune, sa carrière compositionnelle ne dure guère que 5 années.

Pendant les années 1720, il étudie au Conservatorio dei Poveri di Gesù Cristo de Naples.

En 1732, il devient maître de chapelle du prince Ferdinando Colonna Stigliano.

En 1734, il est nommé adjoint du maître de chapelle de Naples, Domenico Sarro.

En 1736, Pergolèse, malade, se retire dans le monastère franciscain de Pouzzoles, près de Naples, où il compose le Salve regina , et le Stabat mater.

Il y meurt le 16 mars 1736 à l'âge de 26 ans.

 

On trouvera une biographie et la liste des œuvres de Pergolese sur musicologie.org

 

Les principales œuvres de Pergolèse

 

 Opéra :

La Serva Padrona ((La Servante maîtresse, 1733), dont la représentation à Paris le 1er août 1752 déclencha la querelle des Bouffons.

 

Musique sacrée :

Stabat mater (1736), pour deux voix de femme (soprano et alto), orchestre à cordes et orgue.

Salve regina (1736), pour soprano et cordes.

 

 Par ailleurs, Pergolèse a composé plusieurs opéras bouffe et opéras sérias, dont "Il prigioniero superbo" dont l'intermezzo en deux parties va devenir célèbre sous le nom de "La serva padrona".

 Quelques extraits :

Stabat Mater : Extrait de

La serva padrona : Le

 

 

 

Antonio Vivaldi (1678-1741)

 

Antonio Vivaldi est né le 4 mars 1678 à Venise.

Sans doute est-il initié au violon par son père, Giovanni Battista Vivaldi, qui était violoniste de la chapelle ducale de San Marco.

En 1703, il est ordonné prêtre, mais ses problèmes de santé respiratoires le dispensent de célébrer la messe. Il obtient la même année son premier poste officiel, celui de professeur de violon au Pio Ospedale della Pietà.

C'est là qu'il compose ses premières œuvres et publie en 1705 un premier recueil de sonates pour violon et basse continue.

en 1711 il publie un premier recueil de concertos, l' « estro armonico ».

Il mène en parallèle une carrière de virtuose, applaudi dans l’Europe entière.

De 1718 à 1720, il est directeur de la musique à la cour de Mantoue.

Il meurt à Vienne en juillet 1741.

 

On trouvera une biographie et la liste des œuvres de Vivaldi sur musicologie.org.

 

 

Les principales œuvres de Vivaldi

 

 L'œuvre de Vivaldi est considérable : Elle comporte en particulier plus de 450 concertos dont plus de 250 pour violon(s), plus de 45 opéras, des sonates, des symphonies, et de nombreuses œuvres vocales profanes et sacrées. Parmi toutes ces œuvres, seulement 12 recueils (correspondant à 114 œuvres, principalement des concertos et des sonates pour violon) ont été publiés de son vivant.  (voir la liste sur wikipedia)
La plus grande partie de son œuvre a été redécouverte après 1945. Le dernier catalogue connu comporte 812 œuvres : on le trouve ici : université du Québec.

Avec ses concertos, Vivaldi a imposé la forme du concerto pour soliste. Ses concertos pour violon ont fait beaucoup évoluer la technique du violon.

 

Concertos :

Les 4 saisons (qui sont les 4 premiers concertos pour violon de l'Opus 8) (1725).

 Printemps RV269, Eté RV315, Automne RV293, Hiver RV297.

 

Musique religieuse :

Stabat mater RV621 (1712).

Gloria RV589 (vers 1713).

 

Opéras :

Orlando Furioso RV728 (1727).

Quelques extraits :

Les 4 saisons : le début du

Stabat mater : le  (un petit air de ressemblance avec  la  , de Purcell)

Gloria :

 

 

 

Tomaso Albinoni (1671-1750)

 

Tomaso Albinoni est né le 8 juin 1671 à Venise, d'une famille aisée.

 Il pratique d'abord la musique en amateur, pour son plaisir, et se qualifie lui-même de dilettante venetto.

 En 1705, Albinoni épouse la cantatrice Margherita Raimondi, qui décèdera en 1721.

 En 1709, après le décès de son père, il laisse l’entreprise familiale à ses deux frères cadets pour se consacrer entièrement à la musique.

 Ami de Corelli et de Vivaldi, Albinoni était très apprécié par JS Bach qui lui emprunta quelques thèmes musicaux et utilisa ses partitions de basse comme exercices d'harmonie pour ses élèves.

On perd toute trace de lui à partir de 1741 (maladie ?)

 Tomaso Albinoni est mort à Venise en 1750 ou 1751.

 

L’œuvre d’Albinoni

L'œuvre instrumentale publiée d'Albinoni est réunie dans 10 numéros d'opus.

Albinoni a composé aussi de nombreux opéras dont il ne reste que quelques airs.

Quant au célèbre , c’est une œuvre du musicologue Remo Giazotto, composée en 1945 à partir de fragments de partitions d’Albinoni.

 

Op. 1 : 12 Suonate a tre (1694)

Op. 2 : 6 Sinfonie et 6 concerti a cinque (1700)

Op. 3 : 12 Baletti a tre (1701)

 Op. 4 : 6 Sonate da chiesa, pour violon et B.C. (1709)

Op. 5 : 12 Concerti a cinque (et B.C.) (1707)

Op. 6 : 12 Trattenimenti armonici per camera, pour violon, violone et clavecin (1712)

Op. 7 : 12 Concerti a cinque, pour un violon solo, deux hautbois ou un hautbois solo et cordes (1715)

Op. 8 : 6 Balletti e 6 Sonate a tre, (1722)

Op. 9 : 12 Concerti a cinque, pour un violon solo, hautbois solo ou deux hautbois, et cordes (1722)

Op. 10 : 12 Concerti a cinque, pour 3 violons, alto, violoncelle et B.C. (vers 1735-1736)

 

Vous trouverez la liste complète des œuvres d'Albinoni sur  Wikipedia.

 

 

 

Alessandro Scarlatti (1660-1725)

 

Alessandro Scarlatti est né le 2 mai 1660 à Palerme.

En 1678, il épouse Antonia Anzalone, qui lui donnera, entre autres enfants, Domenico Scarlatti en 1685.

En 1679, il crée son premier opéra « Gli Equivoci nel sembiante ».

Après 3 ans au service de la reine Christine de Suède, il est nommé maitre de chapelle de San Girolamo della Carita en 1982, puis maitre de la Chapelle royale à la cour de Naples en 1684.

De 1702 à 1708, il est assistant maitre de chapelle à Sainte-Marie majeure de Rome, au service du puissant cardinal Ottoboni.

En 1708, il reprend sa charge de maître de chapelle à Naples jusqu’en 1717 où il retourne à Rome.

De retour à Naples en 1723 pour y instruire son fils, il y meurt le 30 octobre 1725.

 

On trouvera une biographie plus complète sur Wikipedia.

 

L’œuvre d’Alessandro Scarlatti

 

Surnommé « l’Orphée italien » par ses contemporains, auteur de 65 opéras, Alessandro Scarlatti est souvent considéré comme le fondateur de l’Ecole napolitaine de l’opéra du XVIIIe siècle.

Compositeur prolifique, il a aussi composé 25 oratorios et grandes cantates spirituelles, plus de 650 cantates de chambre à une et deux voix avec basse continue, une centaine de motets dont un Stabat Mater, une quinzaine de messes et quelques madrigaux.

 

Opéras :

Mitridate Eupatore (opéra en 5 actes, 1707)

Il trionfo dell’onore ( opéra comique, 1718)

La griselda (opéra en 3 actes, 1721)

 

Musique religieuse :

Passion selon Saint Jean (1680)

Il Sedecia, re di Gerusalemme (oratorio, 1705)

 

Œuvre instrumentale :

12 Sinfonie di concerto grosso (1715)

6 concerti grossi

 

On trouvera la liste de œuvres d’Alessandro Scarlatti chez Wikipedia.

 

 

 

Domenico Scarlatti (1685-1757)

 

Domenico Scarlatti est né le 26 octobre 1685 à Naples, sixième des dix enfants d'Alessandro Scarlatti.

 Son père, nommé directeur de la musique de la Chapelle Royale à 25 ans, fut probablement son premier professeur.

 A 16 ans (1701), il est nommé compositeur et organiste à la chapelle royale de Naples.

 A 18 ans (1703), il crée son premier opéra à la cour de Naples.

 En 1705 il se perfectionne à Venise, où il fait la connaissance de Vivaldi et de Haendel.

 C'est là qu'il devient un véritable virtuose du clavecin. Il battit un jour son ami Haendel au clavecin lors d'une “joute“ musicale à Rome.

Mais ce dernier prit sa revanche à l'orgue.

 De 1709 à 1714, il est maître de chapelle de la reine Marie-Casimire de Pologne, en résidence à Rome, pour qui il écrit plusieurs opéras.

 De 1715 à 1719, il est maître de chapelle à la basilique Saint-Pierre.

 Il réside à Lisbonne de 1720 à 1724 où il enseigne la musique à la princesse Maria Magdalena Barbara.

 Après 4 ans passé à Naples, il revint en Espagne en 1729, où il redevint le maître de musique de la princesse Maria Magdalena Barbara, qui devint ensuite reine d'Espagne.

 C'est là qu'il écrivit la majeure partie de son œuvre pour le clavecin, et c'est au cours de ses dernières années passées en Espagne qu'il fut professeur du Padre Antonio Soler.

 Domenico Scarlatti est mort à Madrid le 23 juillet 1757.

 

On trouvera une biographie détaillée de Domenico Scarlatti sur musicologie.org

 

L’œuvre de Domenico Scarlatti

 

 D. Scarlatti est surtout célèbre pour son œuvre pour le clavecin qui comprend 555 « sonates ».

 L'intégrale de ces sonates a été enregistrée par Scott Ross en 35 CD.

 Dans ces sonates, le compositeur emploie de façon frappante toutes les ressources du clavier : grands sauts, croisement des mains, notes répétées.

 

Sonates pour clavecin, par Scott Ross

 

Sonates, jouées au piano par Horowitz.

 

Musique religieuse :

  Stabat mater (Rome, 1719)

  Messe (Madrid, 1754)

  Salve Regina (Madrid, 1756)

 

Vous trouverez une liste des œuvres de Domenico Scarlatti sur musicologie.org

 

 

 

Autres compositeurs baroques italiens

 

L’Italie baroque compte de nombreux autres compositeurs dont on peut citer :

 

Gregorio Allegri (1582-1652), célèbre pour son Miserere.

Francesco Cavalli (1602-1676),

Girolamo Frescobaldi (1583-1643),

Francesco Geminiani (1687-1762),

Pietro Locatelli (1695-1764),

Alessandro Marcello ((1684-1750), connu pour son concerto pour hautbois qui a été transcrit par Jean-Sébastien Bach en un concerto pour clavecin.

Alessandro Stradella (1641-1682),

Benedetto Marcello (1686-1739),

Giuseppe Tartini (1692-1770), connu pour sa Sonate des trilles du Diable

Giacomo Carissimi (1605,1674),

Andrea Falconieri (1586-1656),

Giuseppe Torelli (1658-1709),

Giovanni Battista Vitali (1632-1692),

Domenico Zipoli (1688-1726).

 

 

 

 

A suivre =>

 

 

 



© 2006-2018 JP Chorier : Introduction à la musique classique