Image Caption 17 Image Caption 18 Image Caption 11 Image Caption 12 Image Caption 17 Image Caption 18
 
 précédent

La musique baroque (3-4) : en Angleterre et ailleurs

[Origines] [Grèce] [Moyen-âge] [Renaissance] [Baroque] [Classicisme] [Romantisme] [Post-romantisme] [20e_siècle] [A suivre]
suivant 

La musique baroque en Angleterre
et ailleurs

 

Sommaire de ce chapitre

 

Les compositeurs baroques anglais

Purcell

Haendel

Autres compositeurs anglais

Les compositeurs baroques espagnols

Soler

 

Les compositeurs baroques portugais

 

Les compositeurs baroques hollandais

 

 

 

Le baroque en Angleterre

 

Introduction

 

Bien que d’origine allemande, on a classé ici G.F. Haendel dans la musique Anglaise, car il a fait l’essentiel de sa carrière en Angleterre, dont il obtint d’ailleurs la nationalité.

Comme les compositeurs allemands, Purcell et Haendel ont suivi les italiens dans la forme de l’opéra.

 

 

Henry Purcell (1659-1695)

 

Purcell est né le 10 septembre (?) 1659 à Londres.

En 1673, lorsque sa voix mue, il devient aide du gardien des instruments de Charles II.

En 1677, il est nommé compositeur pour les « Violons du roi ».

En 1679, il succède à son maitre et ami, le compositeur John Blow, à l’orgue de l'Abbaye de Westminster.

A partir de 1682 il fait partie des organistes de la chapelle royale.

Il commence à écrire de la musique de scène en 1680 mais la majeure partie de son œuvre a été écrite dans les dernières années de sa vie, à partir de 1690.

Il meurt à Westminster (Londres) le 21 novembre 1695.

 

Pour en savoir plus : H. Purcell sur musicologie.org

 

Les principales œuvres de Purcell

 

Malgré sa courte vie (il est mort à 36 ans), Purcell a écrit un très grand nombre d'œuvres profanes et religieuses.

Mais ce sont ses œuvres vocales et théâtrales qui lui valent principalement sa célébrité.

 

Opéras et musiques de scène :
 Didon et Enée (1683/1687): « tragic opera » en trois actes d'après l’Énéide de Virgile.
 The Prophetess, or The History of Dioclesian (1690) : semi-opéra en cinq actes sur un livret de Thomas Betterton adapté de la pièce de John Fletcher et Philip Massinger.
 Le Roi Arthur (1691) : semi-opéra en un prologue, cinq actes et un épilogue sur un livret de John Dryden.
  The Fairy Queen (1692) : semi-opéra en un prologue et cinq actes d’après Le Songe d’une nuit d’été de Shakespeare.
 The Tempest (1695) : semi-opéra en un prologue et cinq actes d’après La tempête de Shakespeare.
 The Indian Queen (1695) : semi-opéra en un prologue et cinq actes d’après la tragédie de John Dryden et Robert Howard.

 

Œuvres vocales :
 Ode à Sainte Cécile (1692), sur des textes de Nicholas Brady.
 Ode pour l’anniversaire de la reine Mary (1694)

 

Musique instrumentale :
 Douze fantaisies pour viole (1680)
 Douze sonates à trois, pour 2 violons et basse (1683)
 Dix sonates à quatre (publiées en 1697) incluant la chaconne Golden Sonata

Quelques extraits musicaux :

extrait de l'opéra "Didon et Enée"

extrait de l'opéra "Le roi Arthur"

 

 

 

G.F. Haendel (1685-1759)

 

Georg Friedrich Haendel est né le 23 février 1685 à Halle, en Saxe prussienne.

Fils d'un barbier-chirurgien, rien ne prédisposait Haendel à devenir musicien. C’est en forçant le destin que le jeune Georg Friedrich parvient à entrer en musique.

La légende raconte qu'enfant prodige, il jouait du clavecin en cachette de son père et se rendait clandestinement au palais pour se faire entendre d’un prince ami des arts dont l’intervention personnelle vint à bout des réticences du père.

De 1706 à 1709, il fait un voyage d'étude en Italie qui se termine par la représentation triomphale à Venise d'Agrippine, son premier opéra italien.

Il part ensuite s'installer à Londres où il triomphe en 1711 avec Rinaldo, son premier opéra « italien » donné à Londres.

 


Un extrait de « Rinaldo » par Patricia Petibon

En 1719, il est nommé directeur musical de la Royal Academy of Music. Cette expérience dure neuf saisons, au cours desquelles 14 opéras de Haendel sont créés.

Le 20 février 1727, il est naturalisé anglais.

En 1737, il a une première attaque qui le rend paralysé pendant plusieurs semaines.

En 1741, Haendel écrit son dernier opéra (Deidamia) pour se consacrer essentiellement à l'oratorio, ainsi qu'à la musique instrumentale.

 

Au cours des années suivantes, sa santé décline : Il subit de nouvelles attaques paralysantes.

En 1751, sa vue se détériore.

En novembre 1752, tout comme J.S. Bach avant lui, il est opéré de la cataracte et devient pratiquement aveugle peu après.

Haendel meurt le 14 avril 1759 à Londres.

 

Pour en savoir plus : Haendel sur musicologie.org

 

Les principales œuvres de Haendel

 

Haendel a écrit une quarantaine d'opéras, une trentaine d'oratorios et drames musicaux, de nombreuses autres œuvres religieuses ainsi que des œuvres instrumentales pour instruments solos, concertos et suites.

 

Opéras et drames musicaux :
 Agrippine, drame musical en 3 actes (1709).
 Rinaldo, opéra séria en 3 actes d'après la Jérusalem délivrée, du Tasse ( (1711)
 Acis et Galathée, masque (théâtre musical anglais) d’après Les Métamorphoses d’Ovide (1718).
 Jules César en Égypte, opéra en trois actes (1724).
 Rodelinda, reine des Lombards, opéra en trois actes (1725).
 Orlando, opéra en trois actes, premier opéra de la trilogie réalisée d’après le Roland furieux de l’Arioste (1733).
 Ariodante, drame musical en trois actes, d’après les chants 4 à 6 du Roland furieux de l’Arioste (1735).
 Alcina, opéra en trois actes, d’après les chants 6 et 7 du Roland furieux de l’Arioste (1735).

 

Musique instrumentale :
 Suites pour orchestre : Water music (3 suites en fa, en sol et en ré) (1717).
 Concertos pour orgue, opus 4 (1738) et opus 7 (1751)
 Suite pour orchestre : Music for the royal fireworks (1749).

 

La musique religieuse :
 Dixit Dominus (1707).
 Israël en Egypte (oratorio, 1739).
 Le Messie (oratorio, 1742) dont l’Alléluia
 Judas Macchabée (oratorio, 1747).

Quelques extraits musicaux :

extrait des « Feux d'artifice »

de l'opéra « Jules César en Egypte »

du Messie

extrait du prélude en sol majeur

de « Water music »

 

Vous trouverez la liste complète des œuvres de Haendel sur   "UQuébec : Catalogue des oeuvres HWV".

 

 

 

 

Autres compositeurs baroques anglais

 

Alfonso Ferrabosco II (1575–1628)

Orlando Gibbons (1583–1625)

William Lawes (1602–1645)

Thomas Tomkins (1572-1656)

Jeremiah Clarke (1674–1707)

John Blow (1649–1708)

Daniel Purcell (1664–1717)

William Croft (1678–1727)

Maurice Greene (1696–1755)

Thomas Augustine Arne (1710–1778)

William Boyce (1711–1779)

 

Ainsi que :

    Tobias Hume (vers 1569–1645)

    John Jenkins (1592–1678)

    Henry Lawes (1595–1662)

    Christopher Simpson (entre 1602 et 1606–1669)

    Matthew Locke (vers 1622–1677)

    Nicola Matteis ou Matheis (vers 1670–vers 1698)

 

 

 

Le baroque en Espagne

 

Antonio Soler (1729-1783)

 

Padre Antonio Soler a été baptisé le 3 décembre 1729 à Olot (Catalogne).

 Il entre à 6 ans à l'école Escolania, au monastère de Montserrat où il étudie les maitres espagnols.

 En 1752, il est ordonné sous-diacre et devient organiste en titre à El Escorial, puis maître de chapelle en 1757.

  À la cour, il côtoie Domenico Scarlatti, qui a passé 30 ans en Espagne, et dont il se dit être un de ses disciples.

 En 1762, il publie un traité « Llave de la modulación » qui, traitant de « l'usage des modulations d'un ton vers l'autre », bouleverse les règles de l'époque et suscite une polémique.

Antonio Soler était un spécialiste des orgues. A ce titre, il a établi les plans d'un nouvel orgue pour la cathédrale de Malaga.

 

Antonio Soler meurt à El Escorial le 20 décembre 1783.

 

Les principales œuvres de Padre Antonio Soler

 

L'œuvre la plus connue d'Antonio Soler est son célèbre Fandango, bien que des doutes subsistent sur son auteur.

 Comme Scarlatti, Padre Soler a écrit de nombreuses sonates pour clavier (plus de 120) qui sont ses œuvres les plus connues, et qui diffèrent de celles de Scarlatti par des formes plus variées, pouvant comporter 3 ou 4 mouvements.

 

Fandango

Sonates pour clavecin dont :

     Sonate 49, Sonate 56, Sonate 84

Six concertos pour 2 orgues.

Plus de 300 œuvres vocales dont au moins 9 messes, 5 requiem, 132 cantiques (Villancicos).

 

 

Antonio Soler a aussi écrit un traité de théorie musicale, que l'on pourra consulter ici :
  Llave de la modulacion, y antiguedades de la musica (1767).

 

Autres compositeurs baroques espagnols

 

 Joan Cererols (1618-1680)

Juan Hidalgo de Polanco (1614–1685)

Gaspar Sanz (1640–1710)

Joan Cabanilles (1644-1712)

Sebastián Durón (1660–1716)

Tomás de Torrejón y Velasco (1644–1728)

Antonio de Literes (1673–1747)

Francesc Valls (1665–1747)

Domènec Terradellas (1713–1751)

José de Nebra (1702-1768)

 

 

 

Le baroque au Portugal

 

Les principaux compositeurs baroques portugais sont

Manuel Rodrigues Coelho (555-1635)

Duarte Lobo (1565-1646)

Carlos de Seixas (1704-1742),

Francisco Antonio de Almeida (1702-1755)

 

Ainsi que

João Lourenço Rebelo (1610-1665)

Pedro de Araújo (1640-1705)

António Teixeira (1707-1769)

 

 

 

Le baroque en Belgique et aux Pays-Bas

 

 

Jan Pieterszoon Sweelinck (1562-1621)

Henry Du Mont (1610-1684)

Joseph-Hector Fiocco (1703-1741)

Jean-Noël Hamal (vers 1709–1778)

Pierre Van Maldere (1729–1768)

 

 

 

 

A suivre =>

 

 

 



© 2006-2018 JP Chorier : Introduction à la musique classique