Image Caption 17 Image Caption 18 Image Caption 11 Image Caption 12 Image Caption 17 Image Caption 18


1  Introduction

2  La musique minimaliste

3  La musique spectrale

4  La musique électroacoustique

5  Le post-modernisme

6  Le théâtre musical et l'opéra

7  Le postsérialisme



Le post-sérialisme

 

 

Sommaire de ce chapitre

 

Introduction

 

Les compositeurs

Claude Ballif

Betsy Jolas

Le groupe « Nueva Música »

      Luis de Pablo

      Cristóbal Halffter

Harrison Birtwistle

Gilbert Amy

Brian Ferneyhough

Jacques Lenot

Denis Cohen

 

 

 

Introduction

 

On désigne par post-sérialisme, le mouvement des compositeurs qui ont appliqué le principe du sérialisme de Schönberg à tous les paramètres de la musique : la hauteur, la durée, le timbre, l'attaque, l'intensité, etc.

Nous avons rencontrés plusieurs de ces compositeurs dans le cadre du mouvement post-webernien de l’Ecole de Darmstadt , à savoir :

Pierre Boulez

Karlheinz Stockhausen

Luciano Berio

Luigi Nono

Bruno Maderna

Henri Pousseur

György Kurtág,

 

ainsi que Jean Barraqué, André Boucourechliev, Franco Donatoni.

 

Nous évoquons dans ce qui suit quelques figures contemporaines de ce mouvement.

 

 

 

Compositeurs postsériels contemporains

 

Claude Ballif (1924-2004)

 

Claude Ballif est né 22 mai 1924 à Paris et mort le 24 juillet 2004 à Poissons, Haute-Marne.

Après des études musicales à Bordeaux, il entre au Conservatoire de Paris en 1948. Il se perfectionne ensuite au Conservatoire de Berlin (1954) puis suit les cours de Darmstadt où il rencontre notamment Luciano Berio, Luigi Nono, Karlheinz Stockhausen et Bruno Maderna.

En 1956 il publie dans la Revue Musicale son traité : « Introduction à la métatonalité », qui tente de réconcilier tonalité et atonalité.

La métatonalité, inventée par Claude Ballif, est une synthèse entre le système tonal et le système polymodal, donnant lieu à une gamme à onze sons permettant d'échapper à la double dichotomie modalité-tonalité et diatonisme-chromatisme.

Une gamme métatonale peut être obtenue à partir de la gamme chromatique de 12 sons dans laquelle on a enlevé une note, faisant apparaître un intervalle d’un ton entre 2 notes successives. Cela permet de définir un « invariant harmonique » constitué des 2 notes séparées d’un ton, correspondant aux degrés IV et V de la gamme, et de la fondamentale correspondante.

 

De 1957 à 1959, il suit les cours d'été de Darmstadt, où il s'initie aux micro-intervalles auprès d'Alois Hába.

De 1959 à 1962, il travaille comme assistant au Groupe de Recherches Musicales (GRM).

En 1968, il participe à la création du département de musicologie de l'université de Paris VIII et publie la même année un ouvrage sur Berlioz.

En 1969, il rencontre Ivan Wyschnegradsky, figure importante dont il retiendra l'utilisation de l'ultrachromatisme.

Il enseigne l'analyse et la composition au Conservatoire de Paris de 1971 à 1990, puis au conservatoire de Sevran.

Quelques œuvres de Claude Ballif

 

 

Quatuor à cordes n°3 (1959)

Imaginaire IV pour 7 instruments Op. 41n°4 (1968)

Les battements du cœur de Jésus pour double chœur, trompette et trombone ténor (1971)

Timbres et postes op.51 pour 6 percussionnistes (1977)

L'habitant du labyrinthe op. 54 pour 2 percussions (1980)

Haut les rêves concert symphonique pour violon et orchestre de chambre (1984)

 

 

On trouvera une biographie détaillée et la liste de ses œuvres sur cdmc.asso.fr

 

 

 

Betsy Jolas (1926-)

 

Betsy Jolas est née à Paris le 5 août 1926.

Elle s'établit aux États-Unis avec sa famille en 1940, où elle étudie l'harmonie et le contrepoint, ainsi que l'orgue et le piano.

Elle revient à Paris en 1946 pour compléter ses études avec Darius Milhaud, Simone Plé et Olivier Messiaen au Conservatoire national supérieur de musique de Paris, où elle remplace Olivier Messiaen de 1971 à 1974, puis est nommée titulaire des classes d'analyse en 1975 et de composition en 1978.

Betsy Jolas enseigne également dans plusieurs universités américaines.

Elle est élue membre de l'Académie américaine des arts et sciences en 1995 et reçoit de nombreux prix tant en France qu'à l'étranger.

 

Quelques œuvres de Betsy Jolas

 

Tout l’œuvre de Betsy Jolas tourne autour de la voix, que celle-ci soit présente comme dans le « Quatuor II » ou seulement évoquée par les instruments, comme dans « D’un opéra de voyage » ou les 10 Lieder pour alto et piano « Frauenliebe ».

 

 

Quatuor II (1964), pour soprano, violon, alto et violoncelle

Episode 1 (1964), pour flûte.

D'un opéra de voyage (1967) pour ensemble instrumental

B for sonata (1973), pour piano

Frauenliebe (1975), 10 Lieder pour alto et piano

Episode 9 (1990), pour clarinette en si bémol

Musique pour Xavier (1993), pour clarinette, saxophone ténor et violon

Music to go (1995), pour alto et violoncelle

Quatuor VIII, « Topeng » (2019)

 

 

On trouvera une biographie de Betsy Jolas ainsi que la liste de ses œuvres sur le site Ressources -IRCAM.

 

 

 

Le groupe « Nueva Música » (Espagne)

 

En 1958, Ramón Barce rédige le manifeste du groupe « Nueva Música » rassemblant des compositeurs espagnols dits de la « generación del 51 » (compositeurs nés entre 1928 et 1934, la plupart d’entre eux ayant fini leurs études en 1951).

L’objet de ce groupe est de développer en Espagne une musique d’avant-garde basée sur l’atonalité, le sérialisme et la musique aléatoire, en opposition avec l’esthétique nationaliste du début du siècle.

Les principaux membres de ce groupe sont Luis de Pablo (1930 -) et Cristóbal Halffter (1930-2021) qui font partie des figures emblématiques de la musique contemporaine espagnole.

 

 

 

Luis de Pablo (1930-)

 

Luis de Pablo est né à Bilbao le 28 janvier 1930.

Il s’oriente d’abord vers une carrière de juriste et passe ses examens de droit à Madrid en 1952, mais il compose déjà depuis l'âge de quinze ans.

En 1953, il dit rompre « avec une prétendue tradition musicale espagnole » et, après des études musicales traditionnelles, se tourne vers la musique sérielle.

En 1958, avec Ramón Barcé et la participation d’autres compositeurs, il fonde le groupe « Nueva Música ».

En 1959, il fréquente les cours d'été de Darmstadt, puis fonde à Madrid les concerts « Tiempo y Música » (1959-1964) pour faire connaître la musique contemporaine en Espagne.

Il découvre la musique aléatoire dont il utilise largement le principe dans ses œuvres.

En 1965, il fonde le groupe « Alea » et y introduit la musique électroacoustique.

Opposé aux franquistes et à l'ETA, il s'exile aux États-Unis, où il enseigne la composition et l'analyse musicale à Buffalo, à Ottawa et à Montréal.

En 1981, il devient président de la section espagnole de la Société internationale de musique contemporaine.

 

Quelques œuvres de Luis de Pablo

 

 

Polar (1962), pour 11 instruments

Chamán (1976), pour bande magnétique

Concerto da camera (1979) pour piano et ensemble instrumental

Il violino spagnolo (1988), pour violon solo

Cape Cod (1994), pour six voix

Concerto pour violon (1996)

Fantasias (2001), pour guitare et orchestre

 

 

On trouvera une biographie de Luis de Pablo ainsi que la liste de ses œuvres sur le site cdmc.asso.fr, et un entretien enregistré en mars 1990 sur Ressources-IRCAM.

 

 

 

Cristóbal Halffter (1930-2021)

 

Compositeur et chef d'orchestre, Cristóbal Halffter participe au renouvellement de la musique espagnole en faisant appel dans ses œuvres aux techniques sérielles, aléatoires et électroniques.

 

Cristóbal Halffter est né le 24 mars 1930 à Madrid.

En 1948, il débute ses études musicales au Conservatoire de Madrid.

En 1953, il obtient le prix national de la musique avec son Concerto pour piano et orchestre.

En 1957, il participe à la fondation du groupe « Nueva Musica ».

Il voyage en Italie, au Japon, et rencontre Boulez, Stockhausen, Berio et Maderna à Darmstadt.

 En 1961, il est nommé professeur de composition et formes musicales au Conservatoire de Madrid, puis directeur de ce même conservatoire en 1964.

En 1968, il compose « Yes, peak out, yes » sur commande de l’ONU pour le vingtième anniversaire des Droits de l'Homme.

En 1989, il est nommé chef principal de l'Orchestre national de Madrid.

 

Quelques œuvres de Cristóbal Halffter

 

 

Concerto pour piano (1953)

Sonate pour violon solo (1959)

Formantes (1961) pour piano

Misa para la juventud (1965)

Yes, Speak Out, Yes (1968), pour baryton, soprano, deux chœurs et deux orchestres.

Llanto por las víctimas de la violencia (1970-1971, pour orchestre et dispositif électroacoustique

Elegías a la muerte de tres poetas españoles (1975), pour orchestre

Pourquoi (1976), pour douze cordes

Variaciones sobre la resonancia de un grito (1977), pour onze instruments, bande et dispositif

 

Opéras :

Don Quichotte (2000)

Lázaro(2008)

 

 

On trouvera une biographie de Cristóbal Halffter ainsi que la liste de ses œuvres sur le site cdmc.asso.fr.

 

 

 

Harrison Birtwistle (1934-)

 

Harrison Birtwistle est né le 15 juillet 1934 à Accrington dans le Lancashire (Royaume-Uni).

Il étudie la composition au « Royal Manchester College of Music » puis à la « Royal Academy of Music » de Londres.

En 1953, avec quatre de ses condisciples, il crée le « New Music Manchester Group ».

De 1962 à 1965, il enseigne la musique à la « Cranborne Chase School » de Dorset.

En 1975, il devient directeur musical du National Theatre à Londres.

En 1988, il est élu membre de l'Académie des arts de Berlin.

De 1994 à 2001, il enseigne la composition au King's College de Londres.

 

Influencé par Varèse, Stravinsky et Messiaen, Birtwistle est un compositeur « post-tonal » plutôt qu’« atonal ». Il est fortement inspiré par la musique du Moyen-âge et la musique de la Renaissance.

Quelques œuvres de Harrison Birtwistle

 

 

 

Refrains and Choruses (1957), pour quintette à vent

Tragoedia (1965), pour ensemble

Verses for Ensembles (1969), pour trois ensembles instrumentaux

Secret Theatre (1984), pour ensemble

Machaut à ma manière (1988), pour orchestre

The Shadow of Night (2001), pour orchestre

Concerto pour violon (2011)

In Broken Images (2012), pour ensemble

Deep Time (2014), pour orchestre

 

Œuvres scéniques :

Punch and Judy (1967), théâtre musical

The Mask of Orpheus (1986), opéra en trois actes

The Minotaur (2007), opéra en treize scènes

Semper Dowland, semper dolens (2009), théâtre musical pour ténor et ensemble

 

 

On trouvera une biographie de Harrison Birtwistle ainsi que la liste de ses œuvres sur le site Ressources -IRCAM.

 

 

 

Gilbert Amy (1936-)

 

Gilbert Amy est né le 29 août 1936 à Paris.

Il finit ses études secondaires avec un 1er prix général de philosophie avant d'opter pour des études musicales approfondies.

Il entre au Conservatoire national de musique de Paris, où il sera l’élève entre autres de Darius Milhaud et Olivier Messiaen.

Il fait la connaissance de Pierre Boulez à qui il présente sa Sonate pour piano, et qui lui commande « Mouvements », pour une création au Domaine musical en 1958.

Dans les années 1960, il rencontre à Darmstadt Karlheinz Stockhausen, Luigi Nono et Henri Pousseur.

En 1962, il commence une carrière de chef d’orchestre qu’il mènera en parallèle avec sa carrière de compositeur.

En 1967, il prend la direction des Concerts du « Domaine musical » à la suite de Pierre Boulez, jusqu'à la fin des activités de l'ensemble, en 1974.

En 1976, il fonde le Nouvel orchestre philharmonique de Radio France dont il sera le premier chef d’orchestre et le directeur artistique jusqu’en 1981.

En 1982, il enseigne la composition et l'analyse musicale à l'Université de Yale.

De 1984 à 2000, il dirige le Conservatoire national supérieur de musique de Lyon, succédant à Pierre Cochereau.

En 2013, Gilbert Amy est élu à l'Académie des beaux-arts de l'Institut de France.

 

Quelques œuvres de Gilbert Amy

 

 

 

Sonate pour piano (1960)

Trajectoires (1966) pour violon et orchestre

Une saison en enfer (1980) pour soprano, piano, percussion et bande magnétique

Orchestrahl (1989) pour grand orchestre

Concerto pour violoncelle et orchestre (2000)

Concerto pour piano et orchestre (2005)

Cors et cris (2012) pour treize musiciens et électronique

 

 

On trouvera une biographie de Gilbert Amy ainsi que la liste de ses œuvres sur le site Ressources -IRCAM, ainsi que sur le site du compositeur.

 

 

 

Brian Ferneyhough (1943-)

 

Brian Ferneyhough est né le 16 janvier 1943 à Coventry (Angleterre).

Il entreprend des études à l'école de musique de Birmingham puis à la Royal Academy of Music de Londres, où il étudie notamment la composition auprès de Lennox Berkeley.

En 1968, il part à Amsterdam puis s'installe à Bâle en 1969 pour y travailler avec Klaus Huber. En 1973, il devient l’assistant de ce dernier comme professeur de composition à la Musikhochschule de Freiburg-im-Breisgau, et le restera jusqu’en 1986.

De 1987 à 1999, il enseigne à l' « University of California » de San Diego aux États-Unis.

En 2000, il est nommé professeur à la Stanford University.

Il reçoit en 2007, le prestigieux prix Ernst von Siemens.

Il donne par ailleurs de nombreuses master classes à travers le monde.

Il enseigne régulièrement à l'IRCAM dans le cadre du Cursus de composition et d'informatique musicale.

 

Brian Ferneyhough n'est révélé au public qu'à partir de 1974, avec le Festival international d'art contemporain de Royan. Sa musique, usant de techniques combinatoires souvent intriquées, est complexe à tel point que certaines de ses œuvres sont réputées injouables.

 

Quelques œuvres de Brian Ferneyhough

 

 

 

Prometheus (1967), pour sextuor à vent

Epicycle, (1968) pour vingt cordes solistes

Cassandra's Dream Song (1970), pour flûte solo

Time and Motion Study III (1974), pour seize voix et électronique

Transit (1975), pour six voix, flûte, clarinette solistes et orchestre

Unity capsule (1976), pour flûte solo.

La Terre est un homme (1979), pour orchestre

Deuxième Quatuor à cordes (1980)

La chute d’Icare (1988), pour clarinette et ensemble

Terrain (1992), pour violon et ensemble

Allgebrah (1997), pour hautbois solo et ensemble à cordes

Les Froissements des ailes de Gabriel (2003), pour guitare et ensemble

Shadowtime (2004), opéra en sept scènes

Plötzlichkeit (2006), pour grand orchestre avec trois voix de femmes

Chronos-Aion (2008), pour ensemble

Finis Terrae (2012), pour six voix et ensemble.

 

 

On trouvera une biographie de Brian Ferneyhough ainsi que la liste de ses œuvres sur le site Ressources -IRCAM.

 

 

 

Jacques Lenot (1945-)

 

Jacques Lenot est né le 29 août 1945 à Saint-Jean-d'Angély (Charente-Maritime).

En 1961, il entre à l'École Normale d'instituteurs de La Rochelle, et prend son poste d'instituteur à la rentrée 1965 à La Tremblade.

En 1966, il suit les cours de György Ligeti à Darmstadt où il côtoie Karlheinz Stockhausen et Maurizio Kagel.

En 1968 et 1969, il travaille en Italie avec Sylvano Bussotti et Franco Donatoni.

En 1973, il quitte l’Education Nationale pour se consacrer totalement à la musique.

En mars 2005, il est fait Chevalier des Arts et des Lettres.

Il se lance dans l’apprentissage de l’environnement informatique musical et collabore avec l’IRCAM d’où sortira « Il y a », installation sonore créée le 29 septembre 2009, puis « Isis und Osiris », pour ensemble de sept instrumentistes, orchestre de trois cent-soixante enceintes acoustiques et dispositif électroacoustique en temps réel, créée en 2014.

En 2013, il crée à Genève « D‘autres Murmures » pour trompette et très grand orchestre, pour le festival commémorant le deux-centième anniversaire de la naissance de Richard Wagner.

 

Quelques œuvres de Jacques Lenot

 

 

 

Diaphaneïs (1966), pour cordes et percussions

We approach the sea (1982), pour piano seul

Le livre des dédicaces (1987), 25 pièces pour orgue

Esquif (2002), pour alto et piano

Quatuor à cordes n°2 (2002)

J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne (2003), Opéra en neuf scènes

Erinnern als Abwesenheit III (2009), pour alto et ensemble

November Elegy (2015), pour alto et ensemble

Reliquien (2015), pour trompette et piano

 

 

On trouvera une biographie de Jacques Lenot ainsi que la liste de ses œuvres sur le site Ressources -IRCAM.

 

 

 

Denis Cohen (1952-)

 

Denis Cohen est né le 5 Juillet 1952 à Coupvray (Seine-et-Marne).

Il commence ses études au Conservatoire National Supérieur de Paris dont il sort avec 4 prix, puis obtient une médaille d'argent au Concours International de Piano de Finale Ligure (Italie).

En 1980, il dirige l'Ensemble Intercontemporain, dont il devient le chef-assistant l'année suivante.

De 1982 à 1984, il est pensionnaire à la Villa Médicis et reçoit deux prix SACEM.

Depuis 1999, il est professeur d'orchestration au conservatoire de Paris, où il a animé en 1994-1995 des master-classes de direction d'orchestre.

Son catalogue compte des œuvres vocales, des pièces d'orchestre et des partitions pour diverses formations instrumentales.

 

Quelques œuvres de Denis Cohen

 

 

Transmutations (1980), Concerto de chambre pour seize instruments

La Cassure des nuages (1983), pour voix de femme de 3 clarinettes

Close Islands (1985), pour cinq groupes d'orchestre

Étude pour le Poème (1987), pour cinq groupes d'orchestre de chambre

Jeux (1989), pour piano MIDI et ordinateur 4X en temps réel

Il Sogno di Dedalo (1991), pour ensemble

Les Neuf Cercles d'Alighieri (1992), pour soprano et orchestre

Flexus (1996), pour flûte et 10 instruments

Mémoire de vague (1996), pour alto principal, clarinette, trompette, trombone, contrebasse

Nexus (2000), pour clarinette et treize instruments

Ombre 1 (2002), pour violoncelle et électronique

Ombre 2 (2003), pour clarinette et électronique

 

 

On trouvera une biographie de Denis Cohen ainsi que la liste de ses œuvres sur le site Ressources -IRCAM ainsi que sur le site du compositeur : deniscohen.com.

 

 

~

 

Citons également

 

Paul-Baudoin Michel (1930-2020), George Benjamin (1960-),

 

 

 

A suivre =>

 

 

 



© 2006-2020 JP Chorier : Introduction à la musique classique